Art Stéatite

mercredi 2 septembre 2009

Qu'est ce que la stéatite ?

     La pierre à savon est l’un des noms populaires de la stéatite.
    C’est une pierre de la famille du talc et de la serpentine, plus tendre que le marbre, mais beaucoup plus dense et au touché très doux.
    La formation et la mise en place de ce type de roche nécessitent des conditions particulières, ce qui explique sa rareté (moins de 1% des roches alpines, par exemple).
    Notre terre est une planète vivante qui ne fait que bouger perpétuellement. A travers des milliards d'années, les plaques continentales se dispersent d'un côté pour s'approcher de l'autre. Sur ces lignes de rencontre se forment des montagnes volcaniques qui crachent de la lave d'une température d'environ 1600°C. Par la suite ces longues coulées de lave refroidissent et se cristallisent formant de l'olivine grossière. Sous la pression de la croûte terrestre des solutions d'eau contenant du dioxyde de carbone s'infiltrent dans les pores de cette roche olivine, la transformant d'abord en serpentine et finalement en stéatite, accomplissant ainsi la création magique de cette oeuvre millénaire. Résultat : la Stéatite est une cristallisation de la coulée de lave, dont la composition est + ou - 48% de magnésite, + ou - 45% de talc et + ou - 7% de chlorite.
    C’est sa densité qui détermine son usage à des fins artistiques, thermiques ou encore architecturales.


La stéatite au service de l'art et de l'artisanat

     L’exploitation de la stéatite est attestée dès l’âge du Fer (environ Xe siècle avant Jésus-Christ) par la découverte de quelques petits objets.
    A la fois résistante et molle, elle est relativement façonnable à l’aide d’outils simples : elle se travaille comme le bois, de ce fait elle a été abondamment employée en sculpture par de nombreux peuples, pour des sceaux, des figurines, des statuettes et pour de petits objets utilitaires tels que par exemples marmites ou lampes à huile chez les Inuits

La stéatite au service de la maison

     Également appelée « pierre ollaire » (du latin « ollaris » : marmite), la stéatite est depuis des siècles couramment utilisée pour sa remarquable capacité à accumuler la chaleur et à la diffuser très lentement.
    Autrefois, on la chauffait tout simplement avant de la placer sous le lit. On fabriquait aussi des cadres de fenêtre en stéatite, afin qu’exposés au Soleil, ceux-ci retransmissent sa chaleur. Aujourd’hui, de part sa remarquable capacité thermique, elle est largement utilisée pour fabriquer différents types de chauffages : poêles, cheminées, murs capteurs, radiateurs...
    La stéatite est également la pierre naturelle la moins poreuse pour les bacs de douche, les éviers ou les comptoirs. Elle est en effet moins poreuse que le granit ou le marbre !
    Tout en dotant votre cuisine ou salle de bain d’un cachet unique, la stéatite est idéale du point de vue de l’hygiène puisqu’elle résiste à tous les assauts : bactéries, acides, alcalis, et se nettoie très facilement.
    Utilisée pour sa demeure, le seul traitement que demande la stéatite est un traitement à l’huile minérale, disponible en pharmacie.

 


Apprentissage de la stéatite à Mähabalipuram

    Nous sommes partis d’octobre 2008 à février 2009 en Inde, au Tamil Nadu, dans un village de sculpteurs : Mahäbalipuram.
    De là partent des sculptures en granit et en stéatite dans toute l’Inde, et de plus en plus dans le monde entier.
    Nous avons appris auprès de sculpteurs qui nous ont généreusement accueillis dans leurs ateliers-boutiques, puis nous nous sommes procurés outils et pierres afin de continuer notre apprentissage plus indépendamment.                                                                                                                            S7300046 Vue de la plage de Mahäbalipuram

La stéatite que nous avons ramenée

    Nous avons fait acheminer par bateau une tonne de stéatite pour continuer notre aventure minérale en France.

S7301036    
de haut en bas : de la green stone, de la soft marble, de la grey stone.

Nous avons ramené différents type de stéatite :

    - de la « Grey Stone » : de la stéatite grise, quand elle est brute, elle est le plus souvent utilisée pour faire des sculptures d’environ un mètre, car c’est une des stéatites les plus solides. Dans ce cas, elle n’est pas cirée mais ornementé de dessins creusés qui donnent des formes gris clair sur la sculpture qui est légèrement plus foncée.
    - de la « Green Stone » : de la stéatite verte, quand elle est brute, mais qui cirée devient noire. Quand on revient en dessin dessus, le gris semble par contraste sur le noir presque blanc.
    - de la « Soft Marble » : mot à mot du « marbre doux », qui regroupe toutes les autres stéatites qui varient au niveau de la couleur, des veinures : blanc, jaune, orange, rouge, vert, gris… autant de couleurs qui se rencontrent et forment des amas, des taches aléatoires, plus ou moins réguliers selon les carrières.
    Nous sculptons uniquement avec des outils manuels : nous utilisons des scies et des limes à métaux de différentes tailles, des petits ciseaux et burins à pierre, une perceuse manuelle, du papier abrasif…
    La stéatite nous permet de rester autonomes et nomades dans notre pratique : nous pouvons sculpter aussi bien en ville qu’en forêt ou dans tout autre coin de nature…



Réaliser une sculpture en stéatite

    Nous procédons ainsi : nous commençons par découper le morceau de stéatite dans un bloc à l’aide d’une scie à métaux. Nous esquissons la forme souhaitée au crayon à papier. Nous pouvons mouiller la stéatite pour laisser apparaître couleurs, veinures et transparences afin de découvrir pleinement notre pierre, et jouer avec ses particularités. Si besoin nous réutilisons une scie plus petite ou entamons et oeuvrons directement avec une lime ou un ciseau. Plusieurs fois, nous pouvons remouiller la pierre et la redessiner pour affiner le vecteur de l’œuvre.              

Une fois celle-ci achevée, nous la ponçons et polissons avec du papier abrasif d’abord à sec, puis à l’eau, afin d’ôter les rayures et de la rendre douce. Nous devons ensuite la chauffer afin qu’elle absorbe la cire qui révèlera son aspect final. Nous faisons un feu, ou au besoin utilisons une petite bouteille de butane, puis posons dessus une gamelle contenant notre sculpture. A l’aide d’un pinceau, nous appliquons la cire à bois et attendons que la température monte afin que celle-là soit absorbée par la pierre.                                                                                                    

Pour finir si nous le souhaitons nous pouvons revenir en dessin dessus avec un ciseau : l’effet est alors un dessin aux lignes blanches par contraste avec la stéatite cirée qui peut être devenue rouge, blanche, verte, noire… (selon la carrière d‘où elle est extraite).

Pendentifs

pendentifs

   Nous avons sculpté une collection de pendentifs à dominante celtique avec de nombreux entrelacs... Ceux-ci sont le symbole de l'éternité, de l'immuable, une unique ligne infinie...

Sculptures

sculptures

 

  Quatre sculptures, de gauche à droite :
Couteau rituel
, en soft marble
Silhouette, en soft marble
Le vieux sage, pièce offerte par un des sculpteurs qui nous a aidé dans notre apprentissage, en soft marble
Le méditant, en green stone

mercredi 16 septembre 2009

Festival Forêt Follies 2009 à Guéret

S7301049

Philippe, sculptant une Clef magique


S7301028

S7301031

S7301035

S7301033

S7301034

Présentoirs à pendentifs


S7301042

Philippe, interrogé par le speaker de l'évènement

mardi 14 juin 2011

Où nous trouver ?

Nos pendentifs sont visibles :

 

à l'Office de Tourisme de Lignières

32, grande rue

18160 Lignières

 

au Café - Restaurant - Traiteur Le Saint Roch

Le bourg

18170 IDS St Roch

 

Posté par art steatite à 16:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,